Lettre ouverte au Président de la République SE Macky SALL : « nous souhaitons vivement que l’axe reliant Koungheul-Linguère soit bitumée afin de redynamiser la vie économique des différents villages que traverserait éventuellement cette route » écrit Pape TOP 1ER adjoint au maire de Lour Escale.

Suite à une manifestation menée par les populations de Lour Escale pour réclamer de meilleures conditions de vie et sortir leur localité de son enclavement source de sous-développement, le 1er Adjoint au maire PAPA TOP Instituteur, responsable des jeunes de la commune adresse une lettre ouverte au Chef de l’Etat pour lui rappeler les vieilles doléances de la collectivité. Dans cette missive, il fait d’abord  la présentation de la commune de Lour Escale, ensuite son historique et enfin il fait le plaidoyer de la mairie qui a tant besoin aussi bien en termes d’infrastructures qu’à la promotion de la jeunesse.

En voici l’extrait de la lettre ouverte adressée au Président Macky SALL par Monsieur Pape TOP :

La commune de Lour Escale est située dans le département de Koungheul, elle couvre une superficie de 580 km2. Elle est située au nord par la commune de Ribot, au sud par la collectivité locale de Ida Mouride, à l’Ouest par la commune de Guainth Pathé, et à l’Est par la commune de Kouthiaba du département de Koumpentoum (région de Tambacounda). Le chef lieu de l’arrondissement est situé à 114 km de Kaffrine qui est le chef lieu de région et à 32 km de Koungheul, chef lieu de département.

Elle est composée d’une population qui compte environ 24.000 habitants répartie dans une soixantaine de villages et hameaux. Il faut préciser que la population est composée majoritairement d’agriculteurs, d’éleveurs, de commerçants et d’artisans tels que les menuisiers, forgerons etc.

 C’est une circonscription qui est laissée dans un désarroi et totalement méconnue en termes d’infrastructures et de hauts cadres politiques. Est-elle une localité aussi méconnaissable à ce point ? Je pense que non. Nous saisissons cette opportunité qui nous est rarement offerte pour partager encore une fois la situation à laquelle nous vivons. Je rappelle que nous avons toujours la conviction que le Président de la République a le charisme, la compétence et la personnalité à faire émerger notre chèr Sénégal.

Je me rappelle de sa visite à Lour Escale en sa qualité de Premier Ministre du régime d’alors, cette population n’était pas d’accord sur le choix porté sur le  Président du Conseil Rural à l’époque, transhumant, à se mettre au dessus des autochtones. C’est nous, jeunes, qui avions pris les pancartes pour s’indigner face à une telle situation.

 Ce jour-là, nous avions subi la force policière et l’odeur âcre des gaz lacrymogènes. A la suite de sa création de parti, nous lui avions accueilli chaleureusement encore une fois dans ce même terroir et avions battu campagne contre le pouvoir libéral jusqu’à son élection.

Figurez-vous, cette jeunesse avait tenu un discours portant les doléances et engagé à le suivre sur ce chemin de la croix. Entre temps, par le biais des intermédiaires, nous avons perdu tout contact. Nous avions tenté à multiples reprises d’avoir accès à M. le Président  en vain. Jusqu’alors, nous n’avions pu décrocher une audience.

Ces mêmes dirigeants locaux reviennent encore dans notre parti, et à quelques encablures des investitures, pour tenter une nouvelle fois leur stratégie qui constitue d’entrer en force et diriger par force devant l’impuissance de certains responsables du département avec la complicité d’autres.

C’est pourquoi, M. le Président, on s’est engagé à voler par nos propres ailes, c’est-à-dire sortir de l’APR et aller en élection avec le PDS, jusqu’à conquérir, par la grâce de DIEU, la mairie, avec d’autres responsables d’ailleurs.

Pour cela, nous réitérons toute notre affection à votre personnalité et notre nostalgie à retourner dans notre demeure. C’est de par votre charisme, votre abnégation et surtout votre détermination que nous comptons retourner à notre demeure avec l’espoir d’obtenir plus de considération à l’égard de notre localité, plus de reconnaissance à l’endroit des responsables, plus de chantiers  pour la localité, plus de considération à l’endroit de la jeunesse. Cette dernière a toujours été l’arme de guerre des différents hommes politiques  ou politiciens  qui ont pu accéder à la magistrature suprême en général et à la tête de la collectivité locale en particulier. Pourtant, elle renferme de cadres, d’intellectuels, de valides qui, jusque-là,  n’ont eu que déception et espoir incertain.

 Tout ce labeur, depuis les élections présidentielles, via les législatives,  risque d’être une épée de Damoclès. C’est pourquoi, nous n’avions pas hésité à se ranger au coté du PDS lors des élections locales  afin de survivre et marquer notre territoire.

 Ce choix a été motivé non seulement par notre privation d’être investi sur la liste de notre propre parti ou coalition (Bennoo bokk yaakaar) mais également le fait qu’on nous impose de transhumants, arrivistes de la dernière minute, à se mettre au dessus de nous.

 En outre, nous n’avons jamais contesté le phénomène de la transhumance et la politique de massification. M. le Président, au nom de la jeunesse et groupements féminines, par ma voix, en tant qu’instituteur et premier adjoint maire de la commune de Lour Escale, nous sollicitons à votre égards une prise de conscience de nos faibles et maigres conseils.

Actuellement, en collaboration avec notre Maire, nous saluons la cohabitation avec le PCR sortant durant la campagne pour le référendum.le Président, encore une fois, par le biais de la prise de décision sur les réformes constitutionnelles, la population a encore renoué toute la confiance qu’elle nous accorde depuis les instances locales (la commune de LOUR ESCALE est le premier du département de Koungheul). Lour Escale, chef lieu d’arrondissement, une localité au tiroir de vos méninges, a toujours la tête haute et brandira ses mains victorieuses. Nous respectons votre politique mais sachez que certains de votre entourage n’augurent pas une motivation et installe toute sorte de frustration.

 Ceci étant dit, permettez- moi M. le secrétaire général de l’APR, de vous rappeler les vieilles doléances qui persistent jusqu’alors, des doléances qui vous ont accueilli à LOUR ESCALE lors  de votre tournée nationale. Par ailleurs une réflexion a été faite sur la situation des couches les plus sensibles de la population c’est –à- dire les femmes et les jeunes.

Ainsi, la remarque est que l’apport des femmes aux efforts de développement de la localité particulièrement dans la satisfaction des besoins essentiels voire vitaux de la famille est très considérable. Elle découle d’un volume de travail très important consacré aux travaux domestiques dans un contexte marqué par la rareté des ressources financières. Ce contexte justifie la nécessité de leur trouver de micros projets avec des financements qui, à court  et long  terme, leur permettra de subvenir à leurs besoins primaires et d’aider les chefs de ménages dans la prise en charge de la famille.

De même, les jeunes constituent la tranche d’âge la plus importante mais malheureusement n’impacte presque pas sur l’évolution économique de la commune pour des raisons liées à un sous- emplois et à un difficile accès aux sources de financement. Leur seule activité économique demeure et reste l’agriculture qui, jusque là, est saisonnière. L’idéal aurait été de leur trouver un système qui favorise l’auto- emploi.

 Il s’agira alors de créer des infrastructures leur permettant, par exemple, de faire de l’agriculture de contre saison mais aussi de financer tout jeune qui est porteur de projet rentable et faisable au niveau de la commune.

 La jeunesse est aussi presque dépourvue d’infrastructures au niveau communal. Il ne dispose que d’un terrain de football avec des dimensions réglementaires mais qui n’est pas clôturé et ne dispose pas de tribune pour les spectateurs. Le seul foyer socio-éducatif qui existe est en état de délabrement avancé et est dépourvue de mesures d’accompagnement.

 Les autres secteurs les non moins importants  qu’il convient de souligner sont relatifs à la construction de bâtiments administratifs, à la résolution des problèmes sécuritaires entre autres.

Ainsi, la politique de rapprochement de l’administration des administrés justifie la nécessité de construire les bâtiments administratifs devant abriter la sous-préfecture, le CADL etc. Pour ce faire, il faut impérativement une électrification permanente de la zone dans la mesure où, à notre connaissance, c’est seulement le déficit de courant électrique qui a amené les autorités administratives à s’installer à Koungheul.

Par ailleurs, la dimension très étendue de la zone et sa position stratégique doit amener également les autorités à penser à l’installation d’un poste de police et/ou une gendarmerie pour faire face aux problèmes de sécurité allant du vol de bétail, au braquage des maisons et boutiques des commerçants. Parfois même les propriétaires y risquent leur vie en protégeant ce qu’ils ont obtenu à la sueur de leur front.

La déforestation constitue aussi une menace et l’on regrette les feux de brousse qui réduisent en cendre le fourrage qui constitue le seul rempart pour maintenir en vie les troupeaux. C’est la raison pour laquelle, nous souhaitons un renforcement des moyens d’actions du service des eaux, forets et chasse. Mais faudrait-il un désenclavement effectif de la zone pour réussir ces ambitions.

 En effet, nous sommes informés du vaste programme de construction de pistes rurales, ce que nous saluons au passage. En revanche, nous souhaitons vivement que l’axe reliant Koungheul-Linguère soit bitumée afin de redynamiser la vie économique des différents villages que traverserait éventuellement cette route qui sera une aubaine pour tous les transporteurs et voyageurs qui doivent quitter la zone sud du Sénégal pour rallier la zone nord tels que le Fouta ou le Dolo, par exemple. Ceci est une promesse de votre part lors de votre tournée nationale pour une accession à la magistrature suprême.

Cette vieille promesse a été renouvelée par votre Premier Ministre Mouhamad Boune Abdallah Dione lors d’un meeting politique à Koungheul en juillet 2017 pour les campagnes législatives.

 De grâce !!! Pensée pieuse à nos soucis !!!! Et respect aux promesses !!!

   

                                                                    le 1er Adjoint au maire

                                                                                 PAPA TOP Instituteur,

                                                                                         responsable des jeunes de la commune

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *