Xibaarubambuk.com/ Koungheul dans le noir et sans eau depuis avant-hier : Pourquoi la SDE dépend de la SENELEC ?

C’est devenu une habitude, à chaque fois qu’il ya coupure d’électricité à Koungheul, il ya coupure d’eau. On dirait que malgré tout ce qu’elle amasse mensuellement, la Sénégalaise Des Eaux de Koungheul n’a même pas de groupe électrogène qui, en cas de coupure de courant, assure son fonctionnement. Pourquoi la SDE dépend de la SENELEC ? Trop c’est trop, depuis lundi la ville de Koungheul est dans le noir et sans eau. Une situation pénible pour les femmes qui font des milliers de mètre pour chercher le liquide précieux.

Depuis l’installation de la haute tension, chaque jour il y a coupure d’électricité à  Koungheul. Mais ce qui est bizarre, c’est qu’il peut y avoir coupure et deux minutes après le courant revient et s’en va quelques minutes plus tard.

Si on en arrêtait là, on aurait pu comprendre. Ce que les populations n’arrivent toujours pas à comprendre, c’est que pourquoi la coupure d’électricité entraîne forcément le dysfonctionnement de la fourniture d’eau.

 Pour beaucoup de Koungheulois que nous avons rencontrés, la SDE de Koungheul « n’est pas compétente » et, en plus elle « dépend de la SENELEC car elle a  groupe électrogène et le chef n’achète pas du carburant ».

 L’eau est indispensable à la vie, on ne le dira jamais assez. Les femmes de Koungheul sont lassées. Elles envahissent depuis avant-hier les puits pour chercher de l’eau.

 D’après certains propos  que nous avons  recueillis, si les unes vont le matin,  d’autres y sont l’après-midi. Cette situation est vraiment pénible. Les quelques ménagères que nous avons interrogées devant le puits qui mène au marché central nous racontent leur calvaire : « je me lève tous les deux jours à 5H du matin pour me rendre au puits sinon je n’aurai pas d’eau car on fait la queue pour s’en sortir » déclare une dame sous le saut de l’anonymat.

 Les Koungheulois sont dignes et pacifiques, ils ne manifestent pas, ils préfèrent subir. En atteste la marche du 30 septembre organisée par les jeunes pour réclamer un département viable qui répond aux normes d’un département digne de ce nom. Ils ont manifesté, ils ont raison de manifester parce que rien ne va à Koungheul. On peut manquer de tout, mais de l’eau non, c’est qu’en pensent certains avec qui nous nous sommes entretenus.  

 Selon Rokhaya FALL du quartier santhie : « à cause des coupures d’eau, nous avons des difficultés pour assurer les toilettes de nos enfants, laver les vaisselles, rendre propres nos maisons et surtout vivre dans de meilleures conditions. Franchement, je me remets à  Dieu parce que là où j’habite il n’y a pas de beaucoup de  puits et pour puiser de l’eau il faut faire quatre heures de temps».

La SDE de Koungheul, malgré ce qu’elle gagne, ne peut même pas acheter de carburant  pour alimenter son son propre groupe pour parer à toute éventualité.

 La Sénégalaise Des Eaux  a pour fonction de fournir de l’eau aux populations, alors elle ne doit pas faillir à sa mission car les Koungheulois paient leurs factures à temps.

 Un père de Famille du nom de M. SECK pense que « le service qui assure l’approvisionnement de l’eau ne respecte pas les habitants de Koungheul. Il doit acheter du   gasoil pour son groupe électrogène qui prend le relai en cas de panne de courant et suffisamment de gasoil pour mener à bien son travail. Si on ne paie pas les factures, il arrête la fourniture d’eau, on ne quémande pas l’eau, on l’achète».

A Koungheul, si vous criez, personne ne vous entend et si vous manifestez on vous ironise.

Tant que les populations ne revendiquent pas plus de respect et de considération, la SENELEC et la SDE feront ce qu’elles veulent. Nous sommes plus unis dans la souffrance que dans la joie mais c’est dans l’engagement pour les causes de la communauté qu’on reconnait la valeur de la personne.

Certains combats sont nobles et méritent d’être portés. On parle d’émergence dans un département profondément immergeant : sans infrastructures, sans financements, sans volonté de bien faire, mais aussi sans courant et sans eau.

Un vieillard résume tout ceci  enfin : « Koungheul est dans le noir et sans eau depuis qu’il est département en 2007 »

Amadou Mactar SARR & Mbaye DIENG

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *