Xibaarubambuk.com/ Keur Demba : 2017 KOUNGHEULOIS »La rétrospective conduisant normalement à l’introspection, je crois que chacun doit faire un bilan afin d’essayer de rendre le jaune vert, le rouge jaune et le vert plus verdoyant »

La rubrique  Keur Demba, comme nous l’avons dit  précédemment dans le communiqué de fin d’année de la rédaction, est une fenêtre où Demba NDIMBELANE analyse  la situation sociale, économique et politique  du département de Koungheul en phase avec sa fidèle vision basée sur l’objectivité et la réalité. Pour votre premier numéro de l’année 2018, comme un vieux sage dans sa demeure souterraine, Demba NDIMBELANE vous fait revisiter les faits saillants de l’année 2017 d’où le titre : 2017 KOUNGHEULOIS

Au débarcadère dimanche 31/12/2017 à 23h 59mn, le capitaine 2017, après avoir commandé le navire temporel durant 365 jours, a passé le témoin à 2018. Comme le présent serve à construire l’avenir, seul le passé peut nous permettre de réajuster les postures de ce présent pour rendre l’avenir encore plus reluisant.

La rétrospective conduisant normalement à l’introspection, je crois que chacun doit faire un bilan afin d’essayer de rendre le jaune vert, le rouge jaune et le vert plus verdoyant. Ndax nak, apparemment, il n’y pas de grande différence entre 2017 finissant et 2018 naissant: il n’y a que NOUS qui pouvons rendre cette nouvelle année meilleure et il n’y a que NOUS qui pouvons la rendre pire. Evertuons nous à rester dans la droiture, bref, à être moralement exemplaires.

Je marque une pause et m’incline, chapeau à la main pour féliciter et encourager des personnalités respectables, respectées et responsables car ayant rendu service à notre cher département de KOUNGHEUL.

Ceux-là ont bien vécu 2017 et peuvent espérer un 2018 meilleur : je veux parler de L’IEF monsieur ARFANG  SECK, du maire de Ida Mouride monsieur AMATH NDAO et de mon frère monsieur ÉMILE MBOUNA NIOCKE. Après avoir traversé les frontières espagnoles en 2006 dans des conditions épouvantables, Pape Sarr est revenu fin 2016, début 2017 pour construire une école, un logement ultramoderne pour les enseignants, des toilettes, un biogaz dans son village natal de THIONGUE WOLOF. Le sieur Sarr a bien vécu son 2017 et il peut espérer un 2018 meilleur.

Quand un département regorge de fils aussi exemplaires et dignes, qu’est ce qui peut expliquer son retard? Si tous les jeunes pouvaient être comme Émile NIOKE, si tous les éducateurs pouvaient suivre l’exemple de l’IEF Arfang SECK et si tous les décideurs politiques pouvaient faire comme le maire Amath NDAO… et si, et si, et si, ah oui, pourtant ils peuvent. Alors ou est le problème? Il faut tuer le mal par la racine et le mal du département de Koungheul, c’est sa jeunesse, surtout celle dite intellectuelle.

Oups! Pseudo ou si vous voulez, so called. Il y a des cas où l’ignorant est victime et ça dans la plupart. Le jeune intellectuel ne doit pas être un suiviste sans vergogne, il doit sensibiliser, éveiller, aider, planter le flambeau partout où sévit l’obscure ignorance. Qu’elle lapalissade que de militer pour une considération pour un soi-disant élite intellectuel aussi borné et hypocrite! Les jeunes sont désœuvrés car ils œuvrent pour des futilités.

Obsédé par l’appât du gain, cette jeunesse aux égos surdimensionnés est divisée, sucée comme une sucette et traite comme une vielle vache puis jetée à la poubelle comme une chaussette usée par le politicard sans scrupule.

Alors, pour que le 2018 KOUNGHEULOIS soit radieux et reluisant, il faut que cette jeunesse se départisse du somnifère politicien et se réveille de son sommeil pour s’ériger en sentinelle et défendre l’intérêt supérieur de la cité.

Cette cité où la dame ÉLECTRICITÉ ne part jamais en congé sans amener avec elle sa copine EAU. Il faut que l’obscurantisme cède la place à la lumière et pour cela, il faut que la jeunesse s’éveille et veille sur son lègue.

Le bilan est facile à faire: ça ne marche pas du tout.

Pendant que le navire avançait lentement, beaucoup de passagers ont quitté le grand groupe: paix à leurs à leurs âmes et que, de leurs tombeaux, jaillisse de la lumière. La vie en général est courte et plus courte encore dans ses particules: ndax ku dee rek sa aduna tuki na. Adunaani ni mél, ainsi va la vie.

DEMBA NDIMBELANE

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *