Xibaarubambuk.com/ Keur Demba N°2 : SËMBËXLOO

La rubrique  Keur Demba, est une fenêtre où Demba NDIMBELANE analyse  la situation sociale, économique et politique   en phase avec sa fidèle vision basée sur l’objectivité et la réalité. Pour votre deuxième numéro de l’année 2018, comme un vieux sage dans sa demeure souterraine, le sage vous fait revisiter les faits saillants de la société : SËMBËXLOO 

Mentir à soi est le pire des mensonges et d’un homme, quand la dignité est soustraite, il ne reste que de la carcasse, bonne pour nourriture de charognards. Faire semblant de croire à quelque chose pour des intentions non avouées, c’est tristement mentir à soi. Militons enfin pour le développement et démarquons nous des futilités, en un mot, soyons utiles aux autres. Vivre exclusivement pour soi, c’est vivre pour rien. Alors, que ces simulations s’arrêtent, que meurent ces impitoyables cons bon à rien prétendant battre la méchante dame injustice ….

Beaucoup de ceux qui prétendent militer pour une cause reconnue être juste par tous, ne militent en réalité que pour des raisons implicitement individuelles. Tout comme le parent paysans suant et peinant pour labourer son champ, espère des rendements survolant les peines et efforts consentis, ces gens ne font rien pour rien.

C’est comme le banquier qui te prête de l’argent sous les projecteurs de ses dents blanchâtres comme du lait: il attend qu’une somme plus importante lui soit retournée. Beaucoup de ceux qui prétendent aimer leurs localités ne militent qu’en faveur d’un intérêt dit crypto-personnel.

 Ces gens sont de vrais praticiens des simulations les plus incroyables. Ils veulent aller au sommet mais savent pertinemment qu’ils ne peuvent y parvenir qu’en marchant sur des escaliers.  Alors, les voilà qui balaient et nettoient les piedestals, mais, tout en essuyant, de manières très implicite, ils montent, montent et montent. Une fois au sommet, ils lancent balaies et serpillières en bas puis pissent dessus: c’est parti pour le bamboula.

Quand on veut travailler pour sa localité, on ne se tue pas pour devenir maire ou siéger à l’hémicycle. Dans la plus part des cas, quand on est prêt à mourir pour une cause pourtant reconnue être juste, ce n’est pas pour l’intérêt du plus grand nombre.

Mentir à soi est le pire des mensonges et d’un homme, quand la dignité est soustraite, il ne reste que de la carcasse, bonne pour nourriture de charognards. Faire semblant de croire à quelque chose pour des intentions non avouées, c’est tristement mentir à soi. 

Militons enfin pour le développement et démarquons nous des futilités, en un mot, soyons utiles aux autres.  Vivre exclusivement pour soi, c’est vivre pour rien.

Alors, que ces simulations s’arrêtent, que meurent ces impitoyables cons bon à rien prétendant battre la méchante dame injustice Que naisse et émerge au Sénégal l’homme juste, l’homo sapiens sapiens, l’homme deux fois sage pour penser aux autres.

DEMBA NDIMBELANE

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *