Xibaarubambuk.com/ El hadji TOP, le président de la commission Education du Conseil municipal de Koungheul, monte au créneau : « la gestion des CGE est à genou car une gestion saine et vertueuse ne doit pas être verticale, elle doit être inclusive et horizontale ».(vidéo)

Le secteur éducatif est paralysé à Koungheul à cause de beaucoup de problèmes liés à la gestion des écoles. Parmi ceux-ci, on peut noter le renouvellement des Comités de Gestion des Ecoles, la fourniture et d’électricité. Face à la presse, le président de la Commission Education de la mairie de Koungheul apporte des éclaircissements et critique la manière dont l’IEF a rendu légitimes les CGE du département qui ne sont plus légales depuis le 24 novembre dernier.

Faisant le bilan de l’année dernière, le président de la commission Education du Conseil municipal de Koungheul remercie d’abord les acteurs, les enseignants, l’IEF et les populations. Selon El Hadji TOP, la mairie de Koungheul a beaucoup fait dans le domaine de l’éducation. Du désherbage aux fournitures scolaires en passant par les subventions, El hadji TOP  ne pense que tout est positif :

 « Le conseil municipal de Koungheul a fait de l’éducation priorité des priorités » déclare Monsieur TOP.

Parlant de la subvention des étudiants, El hadji TOP précise : « ce que les étudiants réclament, c’est une subvention. Or, ils oublient qu’une subvention n’est pas une obligation, elle n’est pas inscrite dans la nomenclature budgétaire ».En plus, les compétences transférées aux mairies tournent autour des écoles élémentaires et des daaras modernes, poursuit-il.

Concernant le manque de personnel enseignants, TOP estime que c’est l’Etat qui affecter des instituteurs pour booster le développement dans nos collectivités locales.

El hadji TOP a toujours dénoncé les problèmes de courant et d’eau dans les établissements élémentaires  et appelle le fournisseur de la mairie à donner les cahiers restants : « ce n’est pas normal que les écoles 4 et 6 n’aient pas de cahiers de 200 pages. Il faut reconnaitre ses erreurs pour  avancer dans la vie. Je veille aux fournitures des élèves de la commune parce que je suis au service des Koungheulois » dixit El TOP.

Depuis le 24 novembre 2017 aucun CGE n’est légitime, si l’on se réfère aux propos du président de la commission Education du Conseil municipal : « la gestion  des CGE est à genou car une gestion saine et vertueuse ne doit pas être verticale, elle doit être inclusive et horizontale ».

Pour El hadji TOP, aucune autorité ne doit jouer avec l’éducation des élèves car c’est une question tout à fait sérieuse. Les Comités de Gestion des Ecoles sont essentiels pour l’organisation des établissements.

Pour rappel, c’est la mairie qui valide l’Assemblée Générale des CGE et supervise le renouvellement de toutes les AG électives. C’est la raison pour laquelle, El hadji TOP critique sévèrement la manière dont ils sont rendu illégitimes par l’IEF, une  « véritable désinvolture » pour reprendre les termes de monsieur TOP. D’après le président de la commission Education, le 16 janvier passé le maire a adressé une correspondance à l’Inspecteur de l’Education et de la Formation pour l’organisation des CGE mais l’Inspecteur est passé dans toutes les écoles pour interdire les AG. Le cas de l’école 3 en est une parfaite illustration.

Enfin, Monsieur  TOP dit haut et fort que c’est le maire qui valide les CGE et non l’IEF. Partant de là, monsieur exige de l’IEF le respect de l’autorité municipale : « une autorité mérite respect et considération. Pourquoi l’IEF a-t-il interdit le renouvellement des CGE ? Qu’il l’apprenne à son dépens : « je ne laisserai pas faire ces forfaitures ».


Amadou Mactar SARR

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *