Xibaarubambuk.com/Clairvoyance reçoit pour son deuxième numéro Monsieur Daouda MBAYE coordonnateur du mouvement KOUNGHEUL HORIZON 2019 (KH2019): «A Koungheul, c’est une éternelle bataille de position entre nos dirigeants. Cette lutte quotidienne est inscrite à l’acrotère de la ville entrainant une relégation des priorités des populations au second plan. C’est ce que dénonce et combat le mouvement KOUNGHEUL HORIZON 2019 (KH2019) qui est né dans un contexte essentiellement dominé par un mécontentement généralisé de la population Koungheuloise» dixit Daouda MBAYE

Clairvoyance est votre nouvelle rubrique qui traite l’actualité politico-économique du département de Koungheul. Animée par Mbaye DIENG dit Grec, cette émission a pour vocation la transparence et la gestion collégiale des affaires de la cité. Pour son 2er numéro, c’est Monsieur Daouda MBAYE coordonnateur  du mouvement KOUNGHEUL HORIZON 2019 (KH2019) qui est notre invité.

Dans ce numéro de Clairvoyance, l’invité Monsieur MBAYE, après sa présentation, il analyse la situation politique du Sénégal en général et de la ville de Koungheul en particulier, parle de la candidature de Koungheul Horizon 2019 aux futures élections municipales, et dessine le panorama de la cellule PASTEF-Koungheul pour les prochaines élections.

1/- Présentez-vous et expliquez depuis quand vous vous intéressez à la chose politique ?

Je m’appelle Daouda MBAYE, j’ai 25ans. Je suis étudiant en fin de formation en Science Po à Paris (Master2). Je suis spécialisé en conduite et évaluation des politiques publiques. J’ai fait mes études secondaires au Lycée Elhadji Ibrahima BA de Koungheul où j’ai décroché mon bac en 2012. Orienté à l’Université Gaston BERGER de Saint-Louis, j’y ai obtenu ma licence avant de décoller pour la France où je suis présentement stagiaire dans une ONG.

Pour moi, un jeune responsable et patriote ne doit pas se contenter d’un rôle de spectateur face à l’effort de développement de sa localité. C’est la trajectoire qui m’anime depuis tout petit. Ceux qui connaissent mon pauvre parcours, savent que le militantisme a toujours été au cœur de mes actes (entre syndicalisme et politique, du secondaire à Paris en passant par l’UGB). Mon engagement n’est ni pour un homme, ni pour un parti, mais pour une cause : celle des oubliés, des discriminés, de la majorité à qui appartient le pouvoir de responsabiliser, mais qui, paradoxalement, est toujours abandonnée.

De plus, en tant que citoyen, je considère que la société exige un certain engagement si l’on espère y vivre harmonieusement. Cette citoyenneté, si elle relève d’un certain nombre de droits et de devoirs, est aussi un parcours dans la vie de la Cité. De l’apprentissage à l’école à l’exercice de la démocratie par le vote, le parcours du citoyen est fait d’engagements dans la vie publique, qu’ils soient associatifs, politiques, qu’ils défendent une cause ou permettent de mieux vivre ensemble sur un territoire.

2/- Comment analysez-vous la situation politique du Sénégal en général et de la ville de Koungheul en particulier ?

La situation politique au Sénégal est très facile à analyser dans la mesure où depuis le lendemain des présidentielles de 2012, ou peut-être même bien avant, les Sénégalais vivent dans une sorte de campagne électorale permanente. Pour exister, les hommes politiques pensent qu’il faut polluer l’atmosphère 365 jours sur 365. Même sur le plan de la justice, il y a une politisation de certains dossiers.

Au lieu de se préoccuper de l’essentiel, nos hommes politiques préfèrent chercher des stratégies de diversion pour endormir les sénégalais. Cette remarque est valable pour tout le monde, opposition comme mouvance présidentielle. Notre sous-développement est en partie dû à la politisation à outrance de notre vécu. Tout est amplifié de telle sorte qu’il y a beaucoup de bruit et peu d’actions constructives au final. L’arène politique est devenue une sorte de jungle où le plus fort mange le plus faible. Finalement, ce sont les sénégalais qui en souffrent parce que leurs représentants sont plus intéressés par leur pérennisation au pouvoir que par la souffrance des populations.

Sur le plan local, malheureusement, c’est une transposition de ce qui se passe au sommet entre chefs de partis, par leurs représentants. A Koungheul, c’est une éternelle bataille de position entre nos dirigeants. Cette lutte quotidienne est inscrite à l’acrotère de la ville entrainant une relégation des priorités des populations au second plan. C’est ce que dénonce et combat le mouvement KOUNGHEUL HORIZON 2019 (KH2019) qui est né dans un contexte essentiellement dominé par un mécontentement généralisé de la population Koungheuloise.    

3/ Êtes-vous prêts à être le candidat de KH2019 et si une telle situation se présente, qu’avez-vous comme vision à offrir aux populations analysez-vous la situation politique du Sénégal en général et de la ville de Koungheul en particulier?

« Nous ne sommes rien sur terre, si nous ne sommes pas d’abord l’esclave d’une cause » nous apprend Frantz FANON. Ce serait avec un engagement sans faille et une détermination totale que je porterai ce lourd fardeau si cette situation se présentait. C’est une mission que tout Koungheulois épris de cette ville aimerait en être l’investi. Maintenant tout dépend des objectifs et des choix du mouvement qui est dans une phase de massification très importante. C’est l’occasion de remercier ceux qui nous rejoignent toutes les heures et d’inciter les Koungheulois et surtout les jeunes, à aller s’inscrire sur les listes électorales, qui est le degré zéro (0) de la participation politique.

Par rapport à notre vision, les esquisses de programme vous en informeront au fur et à mesure. Le premier numéro, qui concerne le sport vous sera communiqué avant le 15 de ce mois. Mais retenez que cette vision se résume à l’union des fils de la ville, la conjugaison des efforts et le travail au quotidien. Nous ferons de sorte que les querelles sous-tendues par des intérêts crypto personnels soient dépassées à Koungheul et aurons comme maître mot: « le culte du leadership et de l’auto-emploi ». La proximité sera notre clé de voûte. Nous écouterons, encadrerons et accompagnerons les Koungheulois au quotidien.    

4/ Quelles sont pour vous les solutions qu’il faut pour relever le défi à Koungheul et répondre aux attentes des populations locales?

Pour qu’une politique publique puisse se prévaloir d’une certaine légitimité, il faut qu’elle réponde aux exigences d’utilité, d’efficacité, de pertinence et d’efficience. C’est cela que nous viserons dans tout ce que nous entreprendrons une fois aux affaires. Ainsi,  sans vouloir vous faire un programme, KH2019 entend mettre la priorité sur:

  • L’Education
  • L’Entreprenariat des jeunes
  • Le Sport
  • L’Agriculture et l’économie solidaire
  • Les Infrastructures
  • L’Electrification et l’éclairage public
  • L’Assainissement

Nous préférons ne pas faire un détail pour des raisons stratégiques et de calendrier. Mais nous rassurons les Koungheulois sur le fait qu’ils recevront à la lettre, nos propositions pour chaque point. Sans oublier que les autres secteurs seront abordés aussi ; même si ces sept points restent nos priorités.

C’est cela le sens de notre mobilisation pour Koungheul qui s’inscrit dans la perspective d’un projet vigoureux et dynamique en faveur du développement de notre localité, prenant en compte le Koungheulois, la ville et son avenir. Pour cela, nous prions afin que Dieu puisse confier la Mairie à ces jeunes que nous sommes, lors des prochaines consultations politiques. De ce fait, on aura la chance de conduire la capitale du Bambouck vers un destin radieux.

Pour Koungheul, nous sommes déterminés à porter cette vision, non pas pour les postes et les prestiges, mais pour une ville victorieuse.

5/ En votre qualité de responsable politique PASTEF, comment comptez-vous renforcer les bases de votre parti afin de mieux préparer les présidentielles et locales de 2019?

Je suis militant de PASTEF comme un autre membre de KH2019 est militant d’un autre parti politique. C’est l’occasion de souligner que ce mouvement est créé pour faire adhérer tous les fils de la ville sans distinction de partis politiques. Le seul baromètre à l’aune duquel nous mesurons nos actes, « c’est être KOUNGHEULOIS ». Pour ainsi dire que les élections municipales n’ont rien à voir avec les combats politiques nationaux. Elles sont à vocation locale et demandent un patriotisme local, un attachement à sa localité, un primat du terroir sur le parti politique.  D’ailleurs, dans ce mouvement, il y a des jeunes de Benno, des Khalifistes, Karimistes etc.

Mais, rien ne m’empêche de mener mes activités avec mon parti. D’ailleurs, mes camarades et moi comptons très prochainement, avec la collaboration du bureau national, installer et massifier la cellule PASTEF-Koungheul. Nous avons déjà une page Facebook de plus de 700 membres. Sans oublier les supports de communication dégagés pour l’entame très prochaine des activités de PASTEF dans la capitale du Bambouck. PASTEF créera la surprise en 2019 in sha Allah. 

Mbaye DIENG dit Gréc 

Partager cet article

Commentaire (1)

  • Diop Répondre

    La détermination dans la parole,le désir de changer la donne et l’engagement sans fin d’un jeune conscient et responsable..
    Big respect,KH2019💪

    8 mars 2018 - 13 h 18 min

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *