Xibaarubambuk.com/ Les élèves du lycée El Hadji Ibrahima BA et des CEM de Koungheul ont battu le macadam ce mardi 20 mars pour réclamer la fin des grèves : « Nous voulons étudier ! Nous, élèves de Koungheul : écoliers, collégiens et lycéens, revendiquons notre droit sur le bon fonctionnement de notre cursus scolaire »scandent les marcheurs(vidéo)

Ce mardi 20 mars, tôt le matin les élèves du lycée El Hadji Ibrahima BA et des 2 collèges d’Enseignement Moyen de Koungheul sont sortis dans les rues pour protester contre la situation qui sévit actuellement l’école sénégalaise. Un millier d’élèves  ont battu le macadam de la préfecture à la mairie en passant par l’IEF pour demander une chose : étudier. Cependant, la marche a commencé par une minute de silence en mémoire des deux disparus : la femme de M. BOUCAL prof d’Anglais au Lycée EIB  et son  bébé qu’elle a accouché de rendre l’âme.

L’école sénégalaise, tout le monde le sait, ne  fonctionne pas à cause des grèves intempestives des enseignants. Il y a plus de deux mois que les élèves ne font plus cours normalement. Il y a trop de perturbations cette année. Face à cette situation qui prévaut, les élèves de Koungheul ont décidé de faire une marche pacifique pour revendiquer de meilleures conditions d’étude. En attestent les phrases qu’ils ont scandé dans les rues de la ville de Koungheul : « Nous voulons étudier ! Nous voulons étudier ! Nous voulons étudier ! ».

L’itinéraire a été bien respecté par les apprenants munis de leurs pancartes où on pouvait lire : 

« Nous voulons étudier ! Nous, élèves de Koungheul : écoliers, collégiens et lycéens, revendiquons notre droit sur le bon fonctionnement de notre cursus scolaire ! »,

 « Non ! Non ! Non ! Nous disons non à une éducation perturbée ! » ;  « Si nous sommes l’avenir, pourquoi bafouer notre éducation ? Nous demandons la réhabilitation du système éducatif et prions pour une entente entre éducateurs et l’Etat ! Nous disons non à cet avenir incertain ! ».

Devant la préfecture de Koungheul, les présidents des gouvernements scolaires du lycée El hadji Ibrahima BA ont transmis un message au Préfet  Abdou Khadre Diack NDIAYE, lequel les a rassurés que le message sera transmis à qui de droit, d’abord au gouverneur de l      région, ensuite à son  ministre de tutelle pour enfin permettre un meilleur échange avec le ministère de l’éducation nationale.

Les élèves estiment qu’ils sont les seules victimes de cette crise scolaire. En ce sens, le Président du gouvernement scolaire  du lycée El hadji Ibrahima BA de Koungheul lance  un appel solennel à l’Etat du Sénégal et aux Enseignants : 

« Nous marchons aujourd’hui dans les rues de Koungheul pour protester contre cette  situation qui perdure. Il y a presque deux mois de cela que nous ne faisons pas normalement nos cours. En effet, il ya trop de dysfonctionnement et de débrayages cette année. Face à cela, nous demandons au gouvernement du Sénégal de mettre fin aux grèves parce que nous avons le droit à l’éducation ».

Aux professeurs, il leur demande d’accepter la main tendue de l’Etat, de s’assoir autour d’une table pour enfin résoudre ce problème empêche aux élèves de suivre les apprentissages.

Arrivés à l’Inspection de l’Education et de la Formation, les marcheurs ont parlé avec les représentants de Monsieur Arfang SECK trouvés sur les lieux. Après avoir écouté minutieusement les doléances des écoliers, Monsieur Souleymane TOUNKARA dit « Guer » a parlé au nom de l’IEF. Selon lui, les élèves ont droit à l’éducation, la grève prend de plus en plus d’ampleur mais «  le Président de la République SE Macky SALL va apporter des solutions à ce problème le plus rapidement  possible car il accorde une attention particulière à l’éducation des enfants » pour reprendre ses termes.

A la mairie de Koungheul, les dirigeants ont fait la même chose, ils se sont ouverts aux autorités locales en dévoilant publiquement leurs inquiétudes.

 D’ailleurs, les présidents des gouvernements scolaires des 3 CEM sont unanimes sur la question : « nous voulons étudier parce que nous sommes l’avenir de ce pays. Le gouvernement doit nous aider à faire convenablement nos cours. Nous sommes restés des mois sans faire cours normalement. Les professeurs doivent aussi dialoguer pour trouver la belle formule : l’arrêt immédiat des grèves ».

En définitive, c’est dans le calme et la compréhension que la marche s’est achevée à 11 heures, heure qui a été prévue pour finir la manifestation. Ce qu’on peut retenir, c’est que des centaines et des centaines d’élèves issus de différents établissements publics ont battu le macadam pour réclamer de meilleures conditions d’études.

Babacar DIENG & Amadou Mactar SARR pour xibaarubambuk.com

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *