Xibaarubambuk.com/ Keur Demba N°5 PASSION IRRATIONNELLE : Samba alaarisme À outrance

La rubrique  Keur Demba, est une fenêtre où Demba NDIMBELANE analyse  la situation sociale, économique et politique   en phase avec sa fidèle vision basée sur l’objectivité et la réalité. Pour votre cinquième  numéro de l’année 2018, comme un vieux sage dans sa demeure souterraine, le sage vous fait revisiter les faits saillants de la société : PASSION IRRATIONNELLE (la Polygamie)

Quand devant tes propres enfants, tu ne peux pas taire tes sentiments disproportionnés envers tes femmes…

Quand devant ta propre famille, tu es incapable de taire tes préférences…

S’il te plaît, n’exige pas de tes enfants l’unité et la concordance de leurs cœurs.

 Quand devant tes propres enfants nés de différentes mères dont toutes tes femmes, tu oses montrer à travers des actes concrets que tu préfères l’une aux autres, ne soit pas surpris de voir ta famille disloquée.

La polygamie a ses exigences et l’homme incapable de s’y conformer ne doit pas s’aventurer à épouser plus qu’une.

J’ai juste envie de rigoler quand je vois certains soi-disant parents se disputer la direction des mosquées et participer au concours du plus long chapelet alors qu’ils sont incapables de mettre de l’ordre dans leurs familles car trop naafekha…

Je sais que l’amour n’est pas un sachet de bonbons que l’on distribue selon des parts égales. On ne peut pas aimer d’un amour parfaitement juste et équitable ses différentes femmes car l’impossibilité pour notre cœur d’aimer d’un amour équitable des personnes qui sont supposées nous être chères ne dépend aucunement de nous mais nos actes ne devraient jamais s’aventurer à servir de moyens d’expression à ces sentiments disproportionnels…

 Quand tu préfères distribuer des billets de ten thousand de gauche à droite à travers les rues alors que ta propre grande sœur n’a même pas de quoi se couvrir le corps…

Quand tu prends en charge l’une de tes femmes et toute sa famille mais refuse catégoriquement de donner ne serait-ce qu’un petit kilogramme d’arachide aux autres…

 Quand tu te comportes en mouton docile devant l’une de tes belles femmes et se transforme en lion indomptable devant les autres… Quand tes enfants nés de ta préférée belle femme sont des princes et ceux des autres de vilains « sourga »…

 TU ES JUSTE UN VA-NU-PIED…

Il n’y a pas de femme de première, deuxième, troisième ou quatrième choix. Il n’y a pas de femme qu’on doit respecter le plus car provenant d’une telle ou telle autre famille. Quand on ne peut pas traiter ses femmes avec équité, on doit se garder d’en épouser plusieurs.

La polygamie recommandée par Dieu tout puissant n’est pas celle qui cause du tort à nos braves belles dames.

 Demba NDIMBELANE

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *