NOTE A L’ATTENTION DE M. LE PRESIDENT DU CONSEIL DEPARTEMENTAL, le coordonnateur de la cellule des marchés de l’ARD, Commission Education, apporte des éclaircissements sur l’exécution du marché des terrains multifonctionnels du Lycée El Hadji Ibrahima BA et de Diamaguene.

Pour les besoins  de transparence dans  les affaires de la cité, l’Agence Régionale de Développement de Kaffrine a rendu publique une note à l’attention du Président du Conseil Départemental de Koungheul  sur l’EXECUTION DU MARCHE DES TERRAINS MULTIFONCTIONNELS DU LYCEE ET DE DIAMAGUENE.

Via le Secrétaire général du CDK et Le Coordonnateur de la cellule des Marchés Commission Education ,

en voici l’extrait :

« Suite au lancement de la DRP RN° 3 relative au marché en objet  et sur proposition de la  commission compétente, l’avis  N° 2017. 241 du 07 septembre  a été signé par M. le Président du Conseil Départemental.  Il consacrait l’attribution définitive, à l’entreprise ECCOTRA SARL, du  lot N° 1, construction du terrain multifonctionnel du lycée de Koungheul pour 12 991 800 FCFA, et du lot N°2, réhabilitation du terrain multifonctionnel sis au quartier Diamaguene, pour 11 995 207 FCFA.

Le marché ayant été signé par les deux parties  et approuvé par le préfet,  M. le PCD a donné ordre au titulaire du marché de démarrer les chantiers au plus tard le 15 septembre.

Cependant, pour éviter le démarrage simultané des deux chantiers, ce qui priverait  les CEM de leur seul  terrain d’éducation physique fonctionnel, il a été jugé plus opportun de surseoir au démarrage du chantier de Diamaguene jusqu’à la réalisation de celui du lycée.

CHANTIER DU TERRAIN MULTIFONTIONNEL DU LYCEE

Implanté par l’Agence Régionale Développement, le chantier a fait l’objet d’un suivi hebdomadaire par le Conseil départemental, sur la base du cahier de prescriptions techniques dont copie a été donnée à l’administration de l’établissement pour assurer une surveillance quotidienne. Cela a permis de surmonter la première difficulté  liée à l’appréciation du contenu du plan d’exécution des travaux, notamment, les fouilles en rigole d’une profondeur minimale de 47 cm et le remblai en sable d’apport provenant des lieux d’extraction (carrières) agréés, avec épandage par couches de 10 cm arrosées et compactées.

En effet, le chef de chantier avait commencé à faire couler le béton de propreté sans avoir respecté ces prescriptions-là. Le constatant, nous avons fait arrêter les travaux et en avons informé l’ARD. La mission qu’elle dépêcha plus tard permit de clarifier, avec le chef de chantier, les prescriptions techniques et le plan d’exécution des travaux.

Le redémarrage du chantier a permis l’exécution, dans les délais requis, des fouilles qui ont été réceptionnées par l’ARD. La première partie des fondations a, ensuite  été réalisée. Il s’agit du béton de propreté d’épaisseur 5cm,  dosé à 150 kg/m3 et coulé dans tous les fonds de fouille après arrosage de ceux-ci et sur toute l’étendue de l’ouvrage.

C’est quand il s’est agi de procéder à l’exécution de la 2ème partie des fondations que des problèmes d’approvisionnement en matériaux sont survenus. Il  convient de préciser que cette 2ème partie est constituée du dallage armé en fer Tor de 8 avec des mailles de 25×25 cm en béton dosé à 400kg/m3 (épaisseur 15 cm dont 10 cm en basalte 5/15 ou 8/16 en dessous et 5 cm en basalte 3/8 au-dessus (pour aire de jeu).

Il n’y a pas eu de souci pour les treillis en fer de 8 qui ont été confectionnés pour le coulage des carreaux composant l’aire de jeu. Ils sont stockés dans le chantier.

Il en va autrement pour le basalte de 7/15 et de3/8 communément appelé grain de riz. Si pour le 7/15, le chantier a été approvisionné à hauteur de 20 M3, après plusieurs semaines d’attente, il n’en est pas de même pour le basalte 3/8 dont l’approvisionnement n’est toujours pas effectif. Cette difficulté  serait due à la très forte demande que la production des carrières ne peut satisfaire. Cela  a été confirmé par plusieurs sources. L’ARD, notre maître d’ouvrage délégué suit la question de très près.

Nous avions même suggéré à l’ARD de faire le dallage des carreaux, de 10 cm d’épaisseur, avec le basalte 5/15, pour gagner du temps en attendant la disponibilité du3/8 pour la couche supérieure de 5 cm. Il nous a été précisé que ce n’était pas recommandé pour une bonne adhérence des deux dalles. Le risque serait la disjonction, avec le temps, des deux dalles.

Voilà les raisons de l’arrêt du chantier de construction du terrain multifonctionnel du lycée démarré avant celui de réhabilitation du terrain multifonctionnel du quartier Diamaguene.

En tout état de cause, l’ARD, en amont, et la commission de réception, en aval, veilleront sur bonne exécution et la qualité  de ces deux ouvrages ».

Le Secrétaire Général                                       Le Coordonnateur de la cellule des     

                                                                                     Marchés Commission Education

                                                                         

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *