Xibaarubambuk.com : Concours «Miss Math départemental » 2018, Fatou Badiane de Koumbidia couronnée : « Il faut rendre à César ce qui appartient à César, aujourd’hui à Koumbidia, c’est Fatou BADIANE qui est César» dixit Arfang SECK EIF(images+ vidéo)

La finale nationale de l’édition 2018 du concours « Miss Maths » a donné ses résultats. Fatou BADIANE a été ainsi couronnée. Elle a reçu son  prix des mains de l’IEF Arfang SECK.

 Le CEM de Koumbidia  a abrité la cérémonie de remise des prix au lauréate de l’édition 2018 du concours « Miss Mathématiques » Le public, composé de parents, d’enseignants, d’élèves, d’autorités éducatives et de partenaires de l’éducation, est venu nombreux assister à cette fête dédiée à l’élégance intellectuelle. La « Miss », a effectué le déplacement  avec sa famille pour recevoir ses récompenses et surtout pour être présentée en modèles à ses camarades.

Pour cette  édition, la couronne de « Miss Mathématiques » a été remportée par Fatou BADIANE, élève en classe de 4ème aux CEM de Koumbidia. Teint clair, taille 1,30 m, cette fille de Keur Mandoumbé, comblée par son sacre, a remercié ses enseignants et ses parents. La petite Fatou rêve de devenir médecin. Elle est aussi la première dauphine au niveau régional.

La cérémonie a débuté par une levée des couleurs accompagnée par une chanson en chœur de l’hymne national du Sénégal par les élèves du CEM. Après cette première partie la cérémonie démarra.

Monsieur Souleymane Tounkara chef du personnel de l’IEF de Koungheul, en sa qualité de modérateur du jour a dés l’entame de son propos présenté la délégation de l’IEF composé principalement de: M. Arfang SECK IEF de Koungheul, M. Saliou DIOUF inspecteur en langue arabe, Aicha MBAYE HCCT, Barham THIAM président commission éducation du conseil départemental, M. Souleymane TOUNKARA chef du personnel de l’IEF, Mme Aissatou SAKHO responsable bureau genre de l’IEF, M. Diene SARR chargé de l’enseignement moyen et secondaire, Mme Madeleine DIONE COLY secrétaire de l’IEF, Ousmane MBAYE 1er adjoint au maire de Saly et Mariama TOP présidente CDESCOFI.

Après le discours de bienvenue du chef de village de Koumbidia Socé, tous les intervenants ont unanimement félicité la lauréate Fatou BADIANE et tiré le chapeau à l’IEF M. Arfang SECK et toute l’équipe pédagogique du CEM de Koumbidia avec à sa tête le principal M. Mountakha NDIAYE.

Reprenant la parole le modérateur Souleymane TOUNKARA a introduit la plus haute autorité de la circonscription scolaire du département de Koungheul, le 511282I, l’inspecteur de l’éducation et de la formation M. Arfang SECK.

Dans son intervention, l’IEF a d’abord salué toute la population venue assister à la cérémonie avant d’inviter la lauréate et son papa à venir le rejoindre. Pour faire l’éloge de Fatou BADIANE, l’IEF dit : « Il faut rendre à César ce qui appartient à César, aujourd’hui à Koumbidia, c’est Fatou BADIANE qui est César.» Reprenant les propos du philosophe français Baron de CONDORCET, l’IEF invite tout le monde à faire la promotion de la mystique du travail car selon lui seul le travail paie. Il a aussi appelé les élèves à suivre les pas de la lauréate car elle constitue un modèle de réussite.

 Il a aussi remercié le représentant du maire de Saly. Parlant des enseignants, l’IEF rappelle les propos de l’ancien président des enseignants retraités du Sénégal : « Puisque l’homme est la valeurs des valeurs, le savoir la valeur suprême qui fait l’homme, alors, l’enseignant qui mène l’homme au savoir est un surhomme.» Chantant toujours les louanges de l’enseignant, M. Arfang SECK renchérit : « Votre seule arme est la barre de craie que vous tenez matin, midi et soir pour rependre la lumière et planter partout le drapeau du savoir et de la vertu, donc mention spéciale à vous les enseignants.»  Après le discours de l’IEF, la lauréate fut ainsi couronnée et elle reçut ses prix des mains de l’IEF M. Arfang SECK.

Au finish la lauréate mériterait une aide beaucoup plus conséquente de la part des autorités pour qu’elle puisse à l’avenir faire face aux éventuelles dépenses liées à sa scolarité. Parce que, rappelons le, tout travail mérite salaire et Fatou Badiane a sué pour se distinguer.

 

Amadou Mactar SARR

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *