Xibaarubambuk.com –Koungheul, 48h sans courant: « Les autorités politiques de notre département ne s’intéressent pas à l’amélioration de nos conditions de vie ni à notre bien être, elles ne sont là que lorsqu’elles ont besoin de nous. Cette fois-ci, on les attend de pied ferme en 2019 » dixit A. GUEYE

C’est le moins que l’on puisse dire, avec des coupures récurrentes de 24 heures voire 48 heures. Et pourtant, lorsque le passage du groupe de la haute tension a été effective, l’espoir d’avoir du courant de qualité et à suffisance était permis. Au bout du compte, c’est l’effet contraire qui a été noté par les populations du département de Koungheul et même de la capitale du Bambouck, souffrant atrocement de panne d’électricité en chaque saison des pluies  où la forte canicule fait légion.

« Les factures restent chères malgré tout la SENELEC est prompte à couper le courant lorsque les délais de paiement sont dépassés », a fustigé un usager qui s’interroge sur les véritables causes de ces coupures intempestives d’électricité dans ce partie du pays. Ce qui rend la situation encore plus difficile, à la limite invivable, c’est que ces coupures de courant entrainent également l’interruption de la distribution de l’eau le plus souvent, ajoute-t-il.

Les Koungheulois sont dignes et pacifiques, ils ne manifestent pas, ils préfèrent subir. En atteste la marche du 30 septembre passé organisée par les jeunes pour réclamer un département viable qui répond aux normes d’un département. Ils ont manifesté, ils ont raison de manifester parce que rien ne va à Koungheul. On peut manquer de tout, mais de l’eau et de l’électricité non, c’est qu’en pensent certains avec qui nous nous sommes entretenus.  

Ce qui est déplorable et incompréhensif, déclare un  usager qui a préféré garder l’anonymat, « c’est que l’autorité administrative censée représenter la SENELEC à Koungheul est invisible, inaudible et même, à la limite indifférente des préoccupations des populations qui souffrent  pour payer l’électricité et qui souffrent car elles n’ont pas de courant». Dos au mur, nous serons obligés de réagir à la hauteur de nos souffrances », avertit-il.

Cependant la riposte est en train de se préparer méticuleusement même si les koungheulois sont pacifiques et ne manifestent pas leur colère. La plupart d’entre eux attendent l’Election présidentielle et les Elections locales de 2019 pour exprimer leur colère dans les urnes. Ils sont déçus de la chose politique puisqu’ils ne sont pas assistés par leurs leaders politique quand besoin se fait sentir.

A. GUEYE, habitant de Koungheul Ville, dénonce cet état de fait : «  Les autorités politiques de notre département ne s’intéressent pas à l’amélioration de nos conditions de vie ni à notre bien être mais ils ne sont là que lorsqu’elles ont besoin de nos cartes d’électeur. Cette fois-ci, on les attend de pied ferme en 2019 ».

Le poisson qui est une denrée rare dans le Saloum, est en train de devenir inconsommable, pourrissant dans les réfrigérateurs, faute d’électricité. Et pourtant, ce sont des efforts incommensurables qui sont consentis pour accéder à ce produit connu et reconnu comme étant indispensable dans l’alimentation des sénégalais et ce n’est pas pour rien le plat national est appelé « Thiébou djeune ».

En outre, lors du match de coupe du monde mettant aux prises le Sénégal à la Colombie, les populations de cette contrée du Sénégal étaient encore privées de courant. Or les Koungheulois servent beaucoup les politiques mais la politique ne les a rien servis.

Les autorités centrales, le ministre de l’énergie et le directeur général de la SENELEC sont interpelés pour qu’une solution rapide soit trouvée, pour qu’enfin, les populations puissent retrouver leur quiétude et vivre décemment.

Amadou Mactar SARR

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *