Xibaarubambuk.com : Conférence de Koungheul : Prévention du cancer du col l’utérus et du sein : Enjeux de santé publique et perspective.

 Les sages femmes du département en partenariat avec l’Association des femmes pour la lutte contre le cancer, ont organisé une conférence sur le cancer de la femme. La cérémonie a été présidée par le premier adjoint au Maire de Koungheul M. Souleymane MBOUP  en présence de madame Aicha MBAYE HCCT et la conférence en santé a été animée par  le Médecin chef du district sanitaire de Koungheul Elhadji Malick NIANG. Le thème s’articulait autour du Cancer du col de l’utérus et du sein. Des  maladies phénoménales qui sèment la terreur dans la vie quotidienne de toutes les femmes. Les échanges autour de cette maladie furent nombreux et bénéfiques.

Dans le cadre d’octobre Rose, mois de sensibilisation pour la lutte contre le cancer, les sages femmes du département en partenariat avec l’Association des femmes pour la lutte contre le cancer, ont organisé, samedi dernier, à l’école Saint Antoine de Padoue, une conférence publique  sur les cancers de la femmes.

L’objectif de cette conférence de Koungheul sera de tirer la sonnette d’alarme et de pointer les multiples réalités médicales, sociales et économiques du cancer dans les populations du département. Il s’agira d’expliquer directement au grand public les facteurs de risque du cancer du col de l’utérus et du sein, les comportements de prévention à adopter et les recours possibles en cas d’infection.

L’objectif est aussi, entre autres, de répondre aux nouveaux besoins de s’informer sur les défis de la prise en charge, de communiquer ouvertement sur le vécu du malade et de son entourage.

Le cancer est devenu depuis quelques années une préoccupation majeure pour les acteurs du secteur de la santé mais aussi d’organisations de la société civile. Certains facteurs comme l’absence d’une compréhension claire continuent  de constituer un handicap dans la lutte contre cette maladie chronique nécessitant beaucoup de moyens pour la prise en charge médicale.

C’est dans le but de trouver une solution à cette situation que les sages femmes du département en partenariat avec l’Association des femmes pour la lutte contre le cancer, ont organisé une conférence sur le thème: «Prévention du cancer du col l’utérus et du sein : Enjeux de santé publique et perspective».

Des propositions faites seront lors de cette conférence pour qu’un programme suivi de prévention à long terme soit installé à Koungheul. Les femmes sont particulièrement touchées par le cancer notamment par le cancer du sein et celui du col de l’utérus qui sont les plus fréquents des cancers gynécologiques.

L’augmentation de l’incidence de ce dernier type de cancer est préoccupante. Le cancer du col de l’utérus atteint plus de 500.000 femmes dans le monde chaque année en particulier dans les pays en développement. Il est responsable annuellement de la mort de 250. 000 femmes.

Ce chiffre pourrait augmenter de 25 % selon l’OMS si rien n’est fait au cours des 10 prochaines années. En Afrique et au Sénégal, le cancer du col est la première cause de mortalité par cancer chez la femme.

Au cours des dernières années, des progrès substantiels ont été accompli dans la compréhension de la physiopathologie de la maladie et des mécanismes moléculaires impliqués. Du point de vue étiologique, l’agent causal du cancer du col de l’utérus est un virus : Le papillomavirus.

Il s’agit aussi d’une manière de répondre  aux nouveaux besoins de s’informer sur les défis de la prise en charge, de communiquer ouvertement sur le vécu du malade et de son entourage, de soutenir les malades dans leurs aspirations à être considérés comme de véritables partenaires et d’être soutenus dans les initiatives de renforcement du réseautage collaboratif et synergique.

En outre, c’est l’occasion d’initier un dialogue inter-acteurs sur le cancer et l’accompagnement susceptible d’avoir une compréhension commune, «notamment cerner  des éléments d’enjeux et de défis dans le domaine des soins de support et l’accompagnement thérapeutique non médical».

Pour la présidente de l’Amical,la sensibilisation et l’accompagnement occupent une place centrale dans la prise en charge des malades du cancer. «Les personnes atteintes de cancer vont, de plus en plus, augmenter en Afrique. Ce faisant, il urge d’agir ensemble pour mieux suivre ces  personnes affectées par la maladie », a-t-elle laissé entendre.

L’ambition de ces deux associations est davantage informer l’opinion publique pour susciter une synergie qui regroupera toutes les composantes de la société. D’où la pertinence de l’idée d’ouvrir des centres ressources  et de soins intégrés.

Abordant le thème , Dr Elhadji Malick NIANG a indiqué que certaines opérations chirurgicales, à l’image de l’hystérectomie qui consiste en l’ablation de l’utérus, ont des conséquences sur la femme. Entre autres effets, il a cité le repli sur soi, l’angoisse et la peur. « Le repli sur soi est entraîné surtout par la peur du regard d’autrui et le refus de parler de l’opération.

 La solitude les renvoie à leurs idées sombres et à la peur de la mort, ce qui les pousse à rechercher la compagnie d’autrui, notamment celle des enfants », a-t-il expliqué.

L’autre conséquence pour les femmes ayant subi une mastectomie (opération chirurgicale qui consiste en l’ablation du sein) concerne le couple avec un effet assez lourd sur la vie sexuelle.

Dans ce cas de figure, a soutenu Dr NIANG, « il y a un réel besoin d’accompagnement pour traverser une période d’adaptation à ce nouveau corps ». Ainsi, a-t-il avancé, cet accompagnement doit inclure le mari afin de renforcer la solidarité et le soutien mutuel au sein du couple.

Amadou Mactar SARR

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *