Xibaarubambuk.com : Bonne et heureuse année; de bonne heure, l’âne nait !!! Par Saalum JAANEH

Les années passent et se ressemblent car colorées par le même parfum de nos actes quotidiens. Apparemment, il n’y pas de grande différence entre celles qui finissent et les autres qui naissent: il n’y a que NOUS qui pouvons les rendre meilleures et il n’y a que NOUS qui pouvons les rendre pires. C’est ce que Saalum Jaaneh a certainement compris. Enseignant en service à Santhie Nguedj à L’IEF de Kaffrine, Saalum nous replonge encore dans la forêt touffue de mots où chaque lettre, comme une plante, est de vertus thérapeutiques.

 »Bonne et heureuse année 2019 » c’est la phrase la plus usitée en cette période de transition avec toute la littérature qui l’accompagne. Une expression qui fait couler beaucoup de salives et d’encre, fait aussi tapoter les doigts sur les écrans digitaux. Elle permet de jeter l’ancre et regarder l’année écoulée dans les yeux lui faire savoir que le long compagnonnage s’est arrêté depuis le 31 décembre 2018 à 23h 59 mn 59s et lui rassurer que les souvenirs seront bien sauvegardés dans les boîtes noires.

Cependant que signifie réellement cette expression enveloppée par des prières et des souhaits? Qu’est-ce que celle-là peut apporter dans nos vies, nos quotidiens dans la nouvelle portion de temps qui s’est présentée et prête à nous accompagner encore pendant 12 mois, ou 52 semaines, ou 365 jours ? La même durée, les mêmes phénomènes de succession des unités de temps: mois, semaine, jour,… Pareille à ses paires. D’abord il est claire que toutes les années se valent en matière de durée. Mais dans l’expression  »bonne et heureuse année… » il y a un message à décortiquer. Quant au croyant, la prière rend optimiste mais son action est requise.

Le CRÉATEUR a fait de sorte que presque tout résultat soit la somme et le produit d’efforts consentis par une ou plusieurs personnes. IL a fait Tout. Néanmoins, IL veut que chacun essaye de tirer sa pièce dans son immense Œuvre. En effet, de bonne heure, l’âne naît! Pareil aux humains, il appartient lui aussi à cette période. Mais il ne souhaite à personne et nul ne le souhaite une bonne année. Il ne connaît ni 2018 ni 2019. Par contre il est  »conscient » qu’il doit se préserver.

Il partira pâturer partout où l’herbe se trouvera. S’il ne pose aucune action, il ne mâchera aucune brindille d’herbe. Donc il ne comprend rien de ce que c’est une année nouvelle ou expirée. Son objectif c’est de ne pas périr et il s’y met. Mais nous, en tant qu’humain, nous pensons et nous comportons à contre-courant de ce qui est de nos devoirs. Nous nous souhaitons paix dans l’aube de chaque année alors que la hache de guerre est toujours entre nos mains. Nous sommes envieux, rancuniers. Nous voulons récolter l’amour tandis que nous semons la haine.

 Quel Paradoxe! Une année ne peut, autant que je sache, être aussi prodigieuse et clémente pour qu’un piment pousse des barres de sucre. Ou les hommes réussissent dans la l’oisiveté. Nous sommes juste ce que nous suivons. Qui suit la facilité s’éloigne de la félicité. En outre nous prions et souhaitons une année de bonheur. Mais le bonheur s’acquiert à travers des souhaits transformés en actes.

On veut l’avoir, il faut d’abord le donner. Nous n’aurons que ce que nous avons donné car nous ne pouvons donner que ce qui est en nous. Le bonheur c’est un lieu où le souhait attèle les actes à une charrue de comportement pour nous y conduire. Les années sont ce que nous en faisons. Le temps ne peut guère nous transformer. Mais nous, nous pouvons le faire. Il n’y a pas d’année maudite, il y a des hommes soit mauvais ou bénis. Elles se succèdent avec quasiment les mêmes durées, comportant toujours des jours et des nuits. Seul le travail peut changer les nuits en des jours clairs et joviaux.

 2019 nous appartient, enjolivons la avec une parure d’amour, un maquillage heureux, une robe blanche et lumineuse, des chaussures lacées de courage. Prenons soin d’elle, elle sera reconnaissante. C’est sûr. Bonne et heureuse année grégorienne à toutes et tous.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *