Xibaarubambuk.com : Mariama NDIAYE enseignante à Koungheul témoigne sur l’IEF Arfang SECK affecté à Thiès ville

La levée des couleurs régulièrement tenue sous la direction du Préfet du département de Koungheul et sous la présence effective de plusieurs autorités et chefs de service au début de chaque semaine dans un établissement déterminé, s’est faite aujourd’hui lundi 04 mars 2019 à l’Inspection de l’Éducation et de la Formation(IEF). Un choix sans doute pas fortuit, compte-tenu des circonstances dans lesquelles se déroule l’évènement et, à s’en tenir au rôle joué par celui qui fut jusque-là à la tête de l’institution sus-citées.

En parlant d’Arfang SECK à la tête de l’IEF de Koungheul, faisons un zoom sur ce témoignage d’une enseignante en service dans ladite IEF, par ailleurs, journaliste de formation, ayant fait la connaissance de l’homme en question dans le cadre de l’exercice de sa fonction d’institutrice.

Si l’ensemble des enseignants du département de Koungheul considèrent que l’IEF s’effondre, c’est qu’un coup leur a été porté à chacun pris séparément. Ou même deux coups… D’une seule pierre. En effet, la nouvelle de l’affectation de l’IEF Arfang SECK leur est parvenue au moment où beaucoup ne se sont pas encore remis du départ de l’inspecteur Modou THIAM précédemment affecté dans une autre Inspection de l’Education et de la Formation ( IEF).

Je reconnais avoir d’énormes difficultés quand il s’agit d’écrire, même quelques mots, sur la personne de l’Inspecteur Modou THIAM pour des raisons, non seulement, liées à l’affection que lui portent, pratiquement, l’ensemble du personnel enseignant de Koungheul formant, autour de lui, cette élite que lui-même désigne en ces termes « Mon beau Peuple. »

C’est aussi et surtout pour les valeurs qu’il nous a inculquées à travers l’expression même de sa personnalité. Voire, les actes pleins d’enseignements sur l’éthique et sur la déontologie qu’il a posés pour ce peuple et/ou avec ce peuple passez-moi la répétition, faisant ainsi de cet IEF, un Inspecteur particulier.

Je suis, ainsi, plus à l’aise et mieux, je me plais même à rédiger un texte sur la personne d’Arfang SECK sachant d’avance que lui-même se plairait à en lire le contenu en tant que passionné d’écriture et féru de lecture. En attestent les innombrables textes ainsi que les problèmes mathématiques, fruits de sa réflexion, conséquemment, empreints de sa signature et, entièrement, mis à la disposition des élèves dans le cadre des Essais départementaux.

Ecrire sur l’Inspecteur de l’Education et de la Formation( IEF) Arfang SECK revient à mettre l’accent sur la vie d’un homme au sein d’une équipe dont il est, en principe, le guide. Mais au sein duquel, il se fait guider, lui vouant, en effet, une confiance aveugle découlant de la rigueur, de la disponibilité et de la détermination dont ses coéquipiers font montre.

 Ainsi parlera-t-on d’Arfang SECK: un homme clair, qui invite à un retour des valeurs dès la première rencontre avec « ses enseignants »(cf. Séminaire du 06 septembre 2015). Un homme précis, qui prend le soin de rappeler aux candidats le motif de ses visites, de ses sorties, précisant même le décret autorisant la sortie ou visite de classe (cf. Commission du 23 février 2016, sa toute première sortie en commission d’examen à Koungheul).

 Un homme concis qui n’hésite pas à prévenir d’une éventuelle sanction compte-tenu de ses prérogatives en cas de faute ou de manquement aux règles régissant le service. Un homme net, toujours égal à lui-même. D’une humilité qui lui ouvre toutes les portes, voire qui le promène le long des routes, des plus impraticables même. Faisant de lui, un homme proche de « ses éléments » eux-mêmes réputés pour leur sérénité, leur passion du métier et leur rigueur dans le travail, entre autres.

Un homme courtois. Au poids social inestimable. Parce que régulier aux chevets des malades, lui et ses hommes… que le patient soit admis à l’hôpital ou qu’il soit alité à la maison. Il en est ainsi pour les récitals de Coran et même pour les cortèges funèbres au sein desquels, il passe rarement inaperçu.

Un homme qui porte bien son âge. Mais qui, parfois, renaît et se donne l’occasion de revivre bien des étapes de sa vie. S’identifiant tantôt aux tout-petits, tantôt à leurs ainés de l’élémentaire… L’image de l’homme entouré de plusieurs dizaines d’élèves au profil du groupe Éducation- Formation-Koungheul (cf. whatsapp) en est une parfaite illustration.

C’est également le cas lors de ses visites dans les Collèges d’Enseignement Moyen( CEM) où parfois, au moment de s’adresser aux jeunes élèves, il interpelle ceux-ci, en vrai homme s’adaptant à son milieu, prenant l’air d’un enfant noir d’une aventure bien ambiguë, revenant, par l’occasion, sur les questions de fond et de forme relatives au travail soumis à leur attention.

Un homme aux commandes d’une institution pas comme les autres. L’IEF de Koungheul étant particulière non pas dans sa structure mais dans son fonctionnement même. Voire dans la marche de ses activités tant scolaires qu’éducatives. En parlant d’activités, Arfang Seck est un homme qui innove, pour ne pas dire qui ose.

En posant des actes certes, pour la plupart, non palpables laissant cependant, des marques indélébiles qui finiront de faire de lui un monument de l’école et un acteur entièrement « dévoué à la cause de l’éducation », pour reprendre l’expression de la brillante professeur de Lettres de Koungheul, Madame Dème née Seynabou Diène.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *